Trimag

Le Fil d'actu Trimag!

Twitter: MAGTRIMAG

  • No Tweets Available

Sandra Levenez a lancé sa saison avec la manière

duathlon saintomer 2015_2135indiviD1premiere F

Comme la saison passée, l’internationale tricolore Sandra Levenez (Issy) a remporté en solitaire la première étape du Grand Prix à Saint-Omer. Une épreuve qui faisait office de course de rentrée pour l’Isséenne, en pleine préparation pour le prochain championnat d’Europe.

Sa présence dans la liste des duathlètes sélectionnés pour le championnat d’Europe (prévu le 25-26 avril), dévoilée ce mercredi matin par la fédération française, ne faisait pas l’ombre d’un doute. Il faut dire qu’avec son titre mondial décroché la saison passée, sa place en équipe de France lui était déjà assurée à l’instar de son compatriote Benoît Nicolas. A bientôt 36 ans (qu’elle fêtera en juillet), Sandra Levenez continue d’être la figure de proue du duathlon féminin dans l’Hexagone. « Il y a toujours cette envie de bien faire », glisse la Bretonne, une nouvelle fois au-dessus du lot lors de l’ouverture du Grand Prix ce dimanche à Saint-Omer. C’est simple, la sociétaire d’Issy-les-Moulineaux a fait la course en tête du début à la fin et n’a jamais été inquiétée une seule seconde pour la victoire. L’idéal pour faire le plein de confiance en début de saison. « Je me suis détachée assez rapidement. Je voulais essayer de prendre une petite avance à la fin de la première course à pied. Je me suis donc élancée sur le vélo sans trop me poser de questions. J’ai surtout chercher à m’appliquer techniquement pendant la course. C’était l’occasion de travailler des petites choses qu’on ne peut pas forcément faire à l’entraînement, dans l’optique des prochaines échéances. »

duathlon saintomer 2015_2097indiviD1premiere F

Les prochains rendez-vous, justement, vont arriver à grand pas puisque le championnat d’Europe a été remis au printemps (25-26 avril), contrairement à la saison dernière où il avait été placé à la fin du mois d’août. Inconvénient ou avantage ? « C’est relativement tôt cette année mais comme le championnat du monde est lui prévu très tard (18 octobre), cela va permettre l’organisation de la saison en deux parties », explique Sandra. Quoiqu’il en soit, tous les voyants sont pour l’instant au vert du côté de l’Isséenne à cinq semaines de se rendre à Alcobendas (Espagne). « L’hiver s’est vraiment bien passé. Une bonne base de travail a déjà été faite. Je vais sans doute faire du spécifique un peu plus tôt que l’an dernier. Je fais confiance à Stéphanie Deanaz pour m’emmener en forme au championnat d’Europe. » Ce sera la sixième fois de sa carrière que Sandra participera à ce rendez-vous européen, où elle avait réussi à décrocher une médaille de bronze l’an dernier. Il y a un fort à parier que c’est un métal d’une autre couleur qu’elle espère cette année ramener dans ses valises.

Basile Regoli – Photos Jean-Pierre Swidurski