Trimag

Le Fil d'actu Trimag!

Twitter: MAGTRIMAG

  • No Tweets Available

Mondiaux Duathlon – Sandra Levenez part à la conquête de l’or

levenez_2

Ne lui parlez pas d’argent ou de bronze, elle en a assez gouté. Médaillée de bronze l’an passé et deux fois vice-championne du monde de la discipline en 2009 et 2010, Sandra Levenez (Issy-les-Moulineaux) ne rêve que d’une chose ce samedi à Nancy : décrocher enfin le graal mondial. Retour sur le parcours atypique de ce petit bout de femme (1,57m pour 44kg) qui prend toujours autant de plaisir à courir.

Une sortie VTT comme élément déclencheur
Si Sandra Levenez est annoncée ce samedi comme une des grandes favorites pour le titre mondial, rien ne prédestinait pourtant cette petite Bretonne, qui possédait certes un très bon niveau en course à pied, à devenir celle qu’elle est aujourd’hui devenue en duathlon. Le sport de haut-niveau, Sandra l’a arrêté en 2003 « mais je m’entretenais physiquement par diverses activités sportives. » Le goût de l’effort, elle va le retrouver lors de vacances dans les Pyrénées en 2006. « Eric, un des amis avec qui j’étais en vacances m’a donné envie de le suivre lors d’une de ses sorties VTT. On s’est gavés de kilomètres dans les petits cols aux alentours de Font-Romeu/Les Angles. En fait, on a surtout fait du VTT sur route… mais que c’était bon !! J’ai totalement adhéré à l’effort et de retour chez moi je suis allée m’acheter un vélo de route ! » Le hasard faisant bien les choses, Sandra se retrouve mutée professionnellement à la rentrée 2006 dans le Val d’Oise, dans le même collège que son cousin Christophe, passionné de vélo. « Et voilà comment je me retrouve à rouler régulièrement une à trois fois par semaine à l’automne et à l’hiver 2006-2007. A côté de ça, les sensations en course à pied redeviennent intéressantes, et sans objectif précis de compétition, je me retrouve à courir des séances qualitatives sur piste juste pour le plaisir. » L’esprit compétition revient lui aussi.

2007 : les grands débuts en duathlon
Dès lors tout s’accélère pour elle. En avril 2007, elle fait ses grands débuts en duathlon à l’occasion de la 1re étape du Grand Prix à Château-Renault. « Pour ceux qui y étaient, ça frôlait le sketch. » Dans la foulée, elle décroche sa première sélection internationale à l’occasion des Championnats d’Europe à Edimbourg. Un premier rendez-vous européen qu’elle terminera à une encourageante 7e place avec à peine un an d’entraînement dans les jambes. Talentueuse et déterminée, Sandra a depuis gravi un à un les échelons pour atteindre le sommet du duathlon mondial. Accrochant au passage un titre européen l’an dernier et trois médailles mondiales ses trois dernières saisons (l’argent en 2009 et 2010, et le bronze en 2011). « En cinq ans, je me dis que j’ai quand même bien évolué dans mon approche de la discipline. Mon titre de vice-championne du monde à Concord (Etats-Unis), en 2009, a été un vrai déclic. Même mon titre de championne de France de la discipline en 2007, lors de ma première année de pratique, n’avait pas suffi à déclencher ce « truc » qui fait comprendre que le duathlon, ça n’est pas l’addition de deux disciplines que sont le vélo et la course à pied, mais bien autre chose…»

Le titre mondial comme objectif
Finalement, en cinq ans, Sandra aura presque tout gagné pendant que d’autres mettent tout une carrière à conquérir rien qu’un quart du palmarès qu’elle posséde déjà . Mais à 33 ans, la sociétaire d’Issy-les-Moulineaux depuis cette saison, n’est pas rassasiée et rêve d’or mondial. Un métal auquel elle n’a encore jamais gouté et dont elle en a justement fait l’objectif numéro un de sa saison. « C’est vrai qu’avec mon coach, Stéphanie Gros, cette année 2012 a été construite autour de ce rendez-vous mondial. » Ces participations aux différentes manches du Grand Prix lui ont ainsi permis « de me confronter aux françaises certes, mais aussi à des filles comme Hewison, Van Der Medjen entre autres que je retrouverai à Nancy. Maintenant, ces courses ont été des bons supports de travail mais à Nancy, pour gagner, il faudra que je sois bien meilleure. » Gagner, l’unique objectif donc de Sandra lors de ces Mondiaux. « A J-1, lorsque la start-list sera définitive au briefing d’avant-course, je connaîtrai par cœur les numéros de dossards de toutes mes adversaires. » Mesdemoiselles, vous êtes prévenues. Sandra veut son or !

Basile Regoli – Photos Morgane Riou

PROGRAMME
10h30 : Juniors Femmes (Brémond, Lehair)
12h00 : Juniors Hommes (Coninx, Viain, Montoya, Saby, Blondel, Hueber-Moosbruger)
14h00 : U23 et Elite Femmes (Cassan-Ferrier, Levenez, Godard Monmarteau)
17h00 : U23 et Elite Hommes (Duchampt, André, Diemunsch, Nicolas, Joncheray, Choquert, Rouault, Pierrat)