Trimag

Le Fil d'actu Trimag!

Twitter: MAGTRIMAG

  • No Tweets Available

Cassandre Beaugrand, la nouvelle pépite du triathlon français

Cassandre

Sixième du Championnat du monde juniors l’an dernier alors qu’elle n’avait encore que 16 ans, Cassandre Beaugrand (Poissy Triathlon) est la nouvelle pépite du triathlon tricolore. Elle vise l’or, aujourd’hui (13 heures), au Championnat d’Europe à Kitzbühel (Autriche).

La France tient peut-être entre ses mains une nouvelle pépite et par la même occasion la relève du triathlon féminin. Double championne de France cadette en titre, Cassandre Beaugrand assomme la concurrence depuis deux ans dans l’Hexagone et n’en finit plus de brûler les étapes avec l’insouciance que lui confèrent ses 17 ans. « On est bien contente qu’elle soit française, admet Frank Bignet, le directeur technique national. Sa courbe de progression ne s’arrête pas. Au gré des saisons, on aurait pu penser qu’elle allait rentrer dans le rang mais, au contraire, mois après mois, elle franchit de nouveaux caps. » Des propos qui en disent long sur l’estime accordée à cette jeune demoiselle licenciée au club de Poissy depuis cette saison.

Beaugrand 1

Son plus beau coup d’éclat reste à ce jour sa sixième place aux Mondiaux juniors, l’an dernier, alors qu’elle n’était encore que cadette première année. De nouveau surclassée aujourd’hui pour le championnat d’Europe (11e en 2013), elle se présente donc comme l’une des grandes favorites pour la victoire après son succès à la Coupe d’Europe juniors de Quarteira (Portugal) en début de saison. « Cassandre peut viser a minima une médaille, clame Frank Bignet. Je lui laisse le choix de la couleur même si je sais qu’elle n’accepte que de gagner. » Un tempérament qui est souvent la clé du succès quand on le combine à des qualités physiques hors du commun dont elle dispose. Ceux qui ont déjà vu courir Cassandre soulignent sa facilité dans l’effort et sa longue foulée qui diffusent cette fausse impression qu’elle ne force jamais. « Elle a fait des progrès physiques considérables à vélo qui vont lui permettre d’exprimer encore mieux sa course à pied sur triathlon. J’espère bien qu’elle ne va se mettre aucune limite sur cet Euro », lâche l’ex-internationale, Carole Péon, qui la suit lors des stages nationaux.

10294431_10203115306578454_429800236480883175_n

Suivra-t-elle pour autant les traces de ses glorieux aînés Emmie Charayron ou Vincent Luis, des talents eux aussi précoces qui ont ensuite percé au plus haut niveau chez les seniors ? Ses récents chronos en course à pied (4’20’’89 au 1 500m, 9’35’’21 au 3 000m) et en natation (18’13’’50 au 1 500m) laissent penser qu’elle en a le potentiel. « On le sait, Cassandre court et nage très vite. Elle n’est que cadette et a donc une marge de progression énorme. Elle ne semble pas fragile et on ne peut pas dire qu’elle ait de point faible. En termes de profil, c’est plutôt pas mal pour du haut niveau », ajoute Carole Péon. Déjà portée au pinacle, Cassandre cherche surtout à cultiver pour l’instant sa passion pour le triathlon à l’abri des projecteurs. Déterminée, perfectionniste, elle n’aime guère la lumière et préfère s’épanouir simplement auprès de ceux qui la soutiennent depuis ses débuts comme son entraîneur de père, Ludovic. Histoire de garder les pieds sur terre pour continuer à viser haut.

Basile Regoli